25
Mar

La légende d’Hercule

   Ecrit par : Wiz   in Cinéma

Cet os est le numéro 11 sur 22 du cadavre Par la lucarne

legende_d_hercule_1Ceci est une critique à fin de salubrité publique… Car affirmer que ce film est mauvais ne suffit pas. Il faut l’éviter comme la peste, le découper en petit morceau, en bruler certains, enterrer les autres, et croire que le bon sens reviendra au goût du jour dans un avenir proche pour ne pas s’euthanasier dans l’heure qui suit le visionnage, si tant est qu’on ait tenu jusqu’au bout. J’aimerai pouvoir relativiser, mais comme je me suis ennuyé de la minute 10 ou 15 à la minute 99 du film, je n’ai pas tellement envie de l’épargner.

Tout d’abord, quand on dit Hercule, et qu’on raconte que c’est le fils de Zeus, on se met déjà le doigt dans l’œil jusqu’au coude. C’est Héraclès, le fils de Zeus et d’Alcmène. Hercule, c’est son nom romain, et il est dans ce cas le fils de Jupiter. Mais cette propension à mélanger allègrement le nom romain d’Héraclès avec la mythologie grecque est un sport mondial dans lequel les littéraires comme les scénaristes de jeux, de BD et de films trempent abominablement depuis des années. Je suis même sûr que c’est un complot. On est donc obligé de concéder que la popularité du nom d’Hercule outrepasse la vérité mythologique grecque. Mais si ce n’était que ça… l’histoire de ce film raconte un récit aussi proche du mythe d’Héraclès que l’est Paris de Canberra. Or, je m’insurge. Prétendre relater un mythe sans le respecter un tant soit peu, c’est culturellement insultant pour des récits certes controversés, mais si ancien qu’on n’a pas le droit de les réécrire de la sorte… Surtout de cette façon. Au moins avec 300, même si c’était romancé, l’essence du sujet avait été préservé. Mais là, c’est juste à vomir.

legende_d_hercule_4

Le roi Amphitryon et Alcmene aux funérailles d’Alcide (alias Heracl… Hercule)

Et la première chose particulièrement détestable dans cette version d’Hercule, c’est cette romance à l’eau de rose parfaitement sirupeuse et collante et gerbante à la fois qui sert de toile de fond à la motivation du personnage principal. Si certains faits et certains personnages sont tirés du mythe original pour habiller le scénario désastreux de cet étron, il manque à ce film quelque chose d’essentiel pour exister en tant qu’œuvre… Précisément, je ne sais pas de quoi il s’agit. Le rythme et le fond du récit sont en cause, c’est certain. La bêtise crasse mixée de naïveté improbable de la part des protagonistes de cette histoire insensée, probablement. L’inégalité des effets spéciaux et de la qualité de certaines scènes aussi, sûrement. Sans conteste, le fait que l’option « sanglant » ait été désactivée de la plupart des scènes de combat, si bien que personne ne saigne jamais, même blessé à mort. Peut-être aussi ce montage chaotique dont les erreurs sont visibles comme le nez au milieu de la figure. Ou alors, ce jeu d’acteur négligé et/ou sur-joué comme dans une tragédie grecque. Finalement les seuls éléments de ce film qui, en dehors de leur montage catastrophique, dénote d’un certain intérêt, ce sont les scènes d’action, et de combat plus particulièrement. Mais si l’on ramène ce qui m’a vraiment plu à la durée totale du film, j’en ai vite fait le tour. Nous avons les 5 premières minutes, les 5 dernières (et encore je suis très indulgent), et une scène de 2 minutes située au début du dernier quart du film. Mis à part ça… C’était chiant.

legende_d_hercule_3

Iphiclès, archétype du fils de roi débile et naïf, mais aussi méchant…

La question qu’on peut se poser est, est-ce que ce film ferait un bon nanar ? Je ne suis pas sûr. Le problème est qu’il se prend bien trop au sérieux. Et puis à vrai dire, les nanars ne m’ont jamais vraiment attirés pour ce qu’ils sont. Compte-tenu des moyens et de la qualité de certaines rares images, je pourrais accepter de le placer en série B. Mais pour ce qui est de s’instruire sur la mythologie grecque, laissez tomber. Et pour passer un bon moment, c’est pas tellement mieux.

DSC_4027.NEF

Prémisse de l’une des meilleures scènes du film…

Et bien sûr, diffusé en 3D seulement dans la salle que je fréquente, cette option obligatoire n’a clairement aucun intérêt (et puis cette manie de coller des particules dans toutes les images pour donner du relief, c’est juste débile). Je crois que j’avais oublié de le mentionner dans ma précédente chronique, je me rattrape ici. Mais dans le genre péplum, au moins, 300, la Naissance d’un Empire avait du coffre. Cet Hercule là, n’a pas grand chose pour m’impressionner, et n’a pas grand chose tout court, alors « pas grand chose » en 3D, c’est 3 fois plus nul. Ce fut une perte de temps que d’aller le voir et que d’en rédiger une critique… Mais bon, pour dire du mal des navets, je trouve toujours un peu de temps et de courage. Pour le moment, j’ai trouvé mon plus mauvais film de l’année 2014. Il a encore le temps de se faire battre, mais je ne me le souhaite pas.

Et vous, avez-vous eu le courage d’aller vous faire chier devant cette merde ?

Les os du même cadavre<< 300, la naissance d’un empireCaptain America, le Soldat de l’Hiver >>

Tags: , ,

Cet article a été publié le mardi 25 mars 2014 à 18:00 et est classé dans Cinéma. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.

Laisser une réponse

Nom (*)
Courriel (ne sera pas publié) (*)
Site
Commentaire

Slider by webdesign