9
Déc

Hunger Games, la Révolte, partie 1

   Ecrit par : Wiz   in Cinéma

Cet os est le numéro 18 sur 22 du cadavre Par la lucarne

hunger_games_3_1Si je devais poser une question, une seule, à la suite de cette séance, ça serait : « pourquoi faire 2 parties ? ». Je reconnais à la saga une certaine forme d’introspection qui participe à la construction des personnages, mais trop c’est trop. Nous sommes au cinéma. Au bout d’un moment, il faut pouvoir montrer plus que dire. Et ce film se perd lamentablement dans ses dialogues et n’a pas grand chose à apporter à son histoire. De fait, découper en 2 parties le troisième volet de Hunger Games est à mon sens une bêtise et ce même si je ne sais pas de quoi la deuxième partie est faite (car je n’ai pas lu les romans).

Enfin, ce n’est pas une bêtise pour tout le monde. Les mauvaises langues diront sûrement que 2 films rapportent plus qu’un seul et que les modèles du genre comme Harry Potter (les Reliques de la Mort), Matrix (Reloaded & Révolution) ou Kill Bill (1 & 2) sont des recettes qui ont fonctionné. Et je dois dire que si je n’avais pas encore plus apprécié le deuxième volet d’Hunger Games que le premier, je n’aurai pas été prêt à débourser pour la partie 1 de son troisième. Mais je trouve ça un peu hypocrite… heu… non ! Complètement hypocrite ! La licence s’est transformée d’un coup d’un seul en attrape-brouzouf pour nous offrir un spectacle lent, certes émotionnellement fort, mais désespérément vide d’intérêt pour le récit.

Jeu politique… L’égérie et la présidente

Je regrette en outre, n’ayant pas eu le temps de me rafraichir la mémoire en re-visionnant le second volet avant d’aller voir celui-ci, qu’il n’y ait pas eu de rappels plus clair des évènements précédents, notamment sur des détails comme ce qui était précisément arrivé à Peeta, la manière dont se termine le précédent Hunger Games et la destruction de l’arène, et quelques autres points sur qui est qui parmi les protagonistes de second plan. Alors que quelques images auraient suffit, on comprend, à travers les dialogues, que telles ou telles choses se sont passées, sans en cerner l’essentiel. Je me suis dit, en sortant du cinéma, que je n’avais plus qu’à regarder à nouveau Hunger Games, l’Embrasement pour recoler les morceaux, ce qui est dommage. Dommage, pas parce que je n’aimerai pas le revoir, mais parce que la conséquence de cette approche rend le film encore plus fortement dépendant de son prédécesseur pour sa compréhension complète.

Une des rares scènes d’action du film

Autrement, d’un point de vue purement cinématographique, on sent que le film n’a pas d’énormes moyens par rapport à d’autres gros blockbusters, mais il est qualitativement irréprochable ou presque. Je l’ai trouvé un peu pauvre en musique cela dit. Quant à la fin, elle ne m’a pas laissée sur ma faim. Je me suis attendu à un cliffhanger pour me donner une furieuse envie de voir la suite, mais le film se clos dans la même veine que le reste de son déroulement. Sans faire trop de vague. Il se serait arrêté 5 minutes plus tôt et j’aurai véritablement enragé face à la montée du suspens. Mais là, non. Du coup, oui, la suite j’aimerai bien la voir pour savoir comment ça se termine ou si un gros twist m’attend à la fin pour me retourner la tronche, mais sans plus.

Je me fends d’une petite larme pour Philip Seymour Hoffman dont c’est ici le dernier rôle avant son décès en début d’année. Le film lui est dédicacé.

Bref, je suis loin de recommander chaudement ce volet de Hunger Games, contrairement au deuxième. Et vous, c’est quoi votre avis ?

Les os du même cadavre<< InterstellarLe Hobbit, la Bataille des Cinq Armées >>

Tags: , ,

Cet article a été publié le mardi 9 décembre 2014 à 18:00 et est classé dans Cinéma. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.

Un commentaire

Anthony
 1 

Alors d’abord, il y a eu pas mal d’échecs dans les films en 2 parties: je pense à Retour Vers le Futur 2 et 3 et à Matrix Reloaded et Revolution où les entrées se sont un peu cassées la gueule. Je ne suis pas du tout d’accord avec l’idée de faire des films qui se définissent comme des épisodes de série parce que ça ne corespond plus à ma définition d’un film. On peut le faire mais comme chaque film est séparé au minimum par 1 an d’attente ça devient délirant. SdA est génial mais devoir se retaper 10 ou 12 de film avant d’aller voir le dernier c’est n’importe quoi ! Harry Potter c’est encore pire ! Là ils nous ont fait le même coup: on divise en deux le dernier livre pour faire plus de fric. Comme le matériaux de base est un roman il y a toute la matière pour le faire sauf que ça fait un peu machine à pognon. Pour le Hobbit, les ajouts de l’univers du Silmarilion peuvent le justifier. Là pas du tout. Parce qu’il faut dire ce qui est « le film est grave mou du genou » et on s’ennuie ferme.

10 décembre 2014 à 09:29

Laisser une réponse

Nom (*)
Courriel (ne sera pas publié) (*)
Site
Commentaire

Slider by webdesign