15
Avr

G.I. Joe 2 : Conspiration

   Ecrit par : Wiz   in Cinéma

GIJoe2_1A force de s’attendre à voir des navets lorsqu’on évoque la seule mention de blockbuster hollywoodien, on finit par ne plus s’attendre à être agréablement surpris. Attention, même si je suis foncièrement méchant à l’égard du cinéma hyper-médiatisé, il faut quand même reconnaître que si je continue à dépenser mes sous dans cette activité, c’est parce que la distraction en elle-même est généralement agréable. Après, que le film soit un étron ou non n’entre pas en ligne de compte dans ma décision d’aller ou non le voir, c’est évident. Parce que si je savais d’emblée qu’un film est une nullité astronomique sans le moindre attrait je n’irai forcément pas le voir, or, je ne peux le savoir qu’après l’avoir vu, car je suis de ceux qui aiment se forger leur propre opinion et qui ne s’attardent pas sur les critiques des uns et des autres pour choisir de voir un film.

Pour rentrer dans le vif du sujet, je dirais donc que GI Joe 2 n’est pas la bouse à laquelle je m’attendais (où alors mes critères d’excellence ont nettement chuté pour une raison inconnue). Ça n’est pas non plus une réussite inconditionnelle digne d’éloge, mais au moins, je ne le descendrai pas en flamme. Ce film fait suite au précédent opus, G.I. Joe : le réveil du cobra. Ce dernier m’avait plutôt séduit. Il commence à dater et sa suite « annoncée » s’est faite attendre. C’est amusant de constater que depuis, le monde du cinéma a pas mal évolué et que les stars qui figuraient dans le premier et qui ne l’étaient pas vraiment à l’époque, des stars (Channing Tatum, Joseph Gordon-Levitt), le sont devenus entre temps et ont disparu ou presque du second. Channing Tatum n’y tient qu’un rôle très court, le temps de passer le relais à The Rock (le champion de catch reconverti en acteur depuis quelques années et qui maintenant ne se fait plus appeler « The Rock » dans les crédits, mais Dwayne Johnson, son véritable nom). Quant au personnage de Cobra Commandeur qui était « né » incarné par Joseph Gordon-Levitt dans le premier film, le fait qu’il porte un masque tout le temps a permis d’y mettre un autre acteur derrière, ni vu, ni connu.

Le gros cliché du passage de relais. Regardez bien Channing Tatum, car vous ne le verrez pas beaucoup dans ce film où il est en tête d’affiche.

Dennis Quaid (qui jouait le Général Hawk) disparaît aussi complètement de la distribution ainsi que les membres de la première équipe, Rachel Nichols, Saïd Taghmaoui et Marlon Wayans, à l’exception de Ray Park qui continue d’incarner Snake Eyes, un type entièrement masqué qui ne parle pas, sorte de rôle idéal et récurrent qu’il tient dans la plupart des films où il apparaît (Dark Maul dans Star Wars Episode 1, le Crapaud dans X-Men 1 : à croire que ce mec, qui est quand même un cascadeur expert en art martiaux à la base, n’a finalement aucun jeu d’acteur). On sent qu’avec cette distribution totalement remaniée et un scénario adaptée, le budget casting a voulu faire des économies… Tout ça pour se payer des bouts de Bruce Willis, dont le temps d’apparition dans le film est de l’ordre de 10 minutes. A ce titre, Channing Tatum n’a pas un temps à l’écran tellement plus important. Et ces deux là figurent bien évidemment en tête d’affiche… De qui se moque-t-on ?

Enfin, je dirai, fort heureusement, que ce n’est pas le respect de l’image vendue qui prime ici. G.I. Joe 2 est vendu comme un film d’action, et c’est un film d’action. Son montage final pour le cinéma est d’ailleurs très clairement orienté dans cette voie. On sent la coupure franche de quelques scènes qui n’auraient pas été inutiles à la narration ou à l’habillage, tant il y a parfois la sensation de sauter du coq à l’âne. Je trouve ce montage très brouillon mais moins que celui du dernier Die Hard. Et en outre, ça ne nuit pas trop aux scènes qui se veulent spectaculaires. Je trouve aussi que ça manque de punch par rapport au premier opus. C’est curieux comme le budget du film a pu évoluer, c’est un peu comme si le studio qui l’a financé n’y croyait pas. Sûr que la licence n’a pas eu un énorme succès jusqu’ici, mais c’était plutôt de la bonne qualité à la base (en 2009), pas du mémorable, mais du regardable et même assez réussi en terme d’action.

Pas de visage, pas de paroles, des muscles et de l'agilité...

Pas de visage, pas de paroles, des muscles et de l’agilité…

De fait, GI Joe 2 souffre un peu à égaler son prédécesseur. J’y ai trouvé une volonté de bien faire, mais diverses petites faiblesses qui semblent résulter principalement de choix financiers. Alors qu’il y avait matière à en mettre un peu plus dans la vue. Outre cela, on passera sur les incohérences typiques de ce genre de film au niveau des scènes d’action, notamment le combat de ninjas à flanc de falaise où les cordes qui retiennent les protagonistes de tomber se croisent et de recroisent sans jamais s’emmêler… du grand art (c’est ironique évidemment, même si l’action en elle-même est assez bien rendue). Je passe aussi sur les clichés, vu que ce film en est tout simplement bourré et que le concept même de cette oeuvre repose dessus. Scénaristiquement, aucune surprise et ça tient à peine debout. Tout est téléphoné. Bref, GI Joe 2 n’est pas, à mes yeux, exemplaire de réussite. Mais il a fait son office, il m’a distrait et même amusé.

Un dernier mot sur la 3D… Ben non, ça le fait pas, ça ne sert à rien de faire de la 3D avec ce genre de film. Tant que les réalisateurs n’auront pas capté que la 3D ce n’est pas la profondeur seule qui compte, mais aussi le relief, j’ai bien peur qu’il n’y ait rien à tirer de ce média supplémentaire. C’est juste que je n’ai pas eu le choix cette fois-ci (pas faute d’avoir cherché à visionner une séance 2D), et ça m’agace un peu d’avoir à payer un supplément pour zéro résultat. Comme d’hab’ quoi…

En conclusion, GI Joe 2, je ne le conseille pas forcément, mais j’estime que ce n’est pas une perte de temps et d’argent. Ça se regarde.

Tags: , , , , , ,

Cet article a été publié le lundi 15 avril 2013 à 17:42 et est classé dans Cinéma. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.

Laisser une réponse

Nom (*)
Courriel (ne sera pas publié) (*)
Site
Commentaire

Slider by webdesign