14
Oct

L’Exoconférence

   Ecrit par : Wiz   in Divers

exoconference_afficheDe retour du Théâtre du Rond-Point à Paris, je reviens positivement ravi par ce spectacle donné par Alexandre Astier. Un one-man show où je ne me suis pas ennuyé une seule seconde, et où je me suis fais mal aux maxillaires tant j’ai ri. Sans vouloir dire de bêtise, il me semble que l’Exoconférence se joue à guichet fermé. En tout cas, la salle affichait complet ce vendredi 10 octobre.

Alors, pour ceux qui ne connaissent pas, Alexandre Astier, c’est un Monsieur ! Auteur de la série Kaamelott diffusée sur M6, il signe avec l’Exoconférence son second one-man show. Le premier s’intitulait « Que ma joie demeure » et il y interprétait un Jean-Sébastien Bach engagé dans une mission d’évangélisation musicale. Avec un humour qui n’appartient qu’à lui, forgé dans le ton, la formule et la mise en évidence de certaines absurdités de notre monde, Astier manie l’anachronisme à tout bout de champ, et arrache pour le moins un sourire et pour le mieux un fou rire, au moins aussi souvent. Précisons à toute fin utile que le metteur en scène des deux spectacles de l’Astier Alexandre est un complice connu des kaamelottiens, Jean-Christophe Hembert alias Caradoc. Attention, je spoile un peu dans ce qui suit.

Le thème de l’Exoconférence est la vie extra-terrestre. Du moins, c’est sa finalité, car l’ensemble de son développement est avant tout construit sur les origines de la vie terrestre et notre place dans l’univers. Au départ, démarrant comme pourrait l’être une conférence démonstrative, genre, show à l’américaine, la pièce utilise ce fil rouge pour introduire et présenter quelques tableaux de figures historiques replacées dans leur contexte à quelques (nombreux) anachronismes près, et nous racontant les découvertes scientifiques tournant autour du sujet. Au passage, Astier se débat avec un ordinateur récalcitrant et… un escalier.

La mise en scène est efficace et dynamique, l’espace bien utilisé, et Alexandre mélange savoureusement le texte et l’image avec un nombre impressionnant de références geeks pour un sujet relativement tout public (Donjons & Dragons ayant eu droit de cité, ce fut quand même l’ultime référence de la culture geek ici utilisée, mais on a eu droit à du Star Wars à gogo également). Ce qui fait qu’autant je ne me sentais pas spécialement à l’aise dans « Que ma joie demeure », autant l’Exoconférence s’est avérée idéalement compatible avec mes attentes.

Avec une fin presque inattendue le rideau s’est fermé sur un Alexandre survolté, et m’a laissé totalement comblé. Ce fut un excellent moment et je le conseille vivement. Attention cependant, Alexandre Astier a la vertu d’être assez didactique dans le sujet qu’il aborde, il n’en reste pas moins qu’il affiche ici une connivence particulière avec la culture geek, et au travers d’un discours qui ne parle pas forcément à tout le monde tant le niveau scientifique peut parfois être élevé, aussi vulgarisé soit-il. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’on y va pour rire, et si le contexte de l’Exoconférence n’est pas absolument tout public, les traits d’humours si caractéristiques de l’auteur y sont constamment présents et relativement indépendant de ce contexte. Par ailleurs, comme le sieur Astier ne raconte pas trop de conneries sur notre univers et notre compréhension scientifique du moment, c’est aussi un bon moyen d’apprendre des trucs.

L’Exoconférence d’Alexandre Astier, c’est bon, mangez-en !

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Tags: , , , ,

Cet article a été publié le mardi 14 octobre 2014 à 18:00 et est classé dans Divers. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.

Un commentaire

Xav Garden
 1 

Je ne peux qu’être 100% d’accord avec toi 🙂

17 octobre 2014 à 16:16

Laisser une réponse

Nom (*)
Courriel (ne sera pas publié) (*)
Site
Commentaire

Slider by webdesign