30
Avr

Les Seigneurs d’Outre Monde

   Ecrit par : Wiz   in Cinéma, Divers, L'Ours

Cet os est le numéro 6 sur 12 du cadavre Humeur d'ours

 

lsom2_1LSOM, pour les intimes, c’est une œuvre cinématographique amateur colossale et impressionnante, qui tape dans un registre inusité en France, puisqu’il s’agit d’Heroic-Fantasy. Long métrage parfaitement original, il jouit jusqu’à présent d’une solide réputation dans la sphère geek. Personnellement, j’ai découvert l’équipe et ce film en particulier lors du Geekopolis 2013 et il nous y avait été présenté la première demi-heure finalisée (ou presque) de ce petit bijou. Ce sont des gens extrêmement sympathiques, sérieux et gravement motivés.

Je pèse mes mots. Et ce n’est pas juste un encouragement. Même si on ressent un petit côté amateurisme à la vue du produit fini, c’est une œuvre que l’on peut accrocher sans honte au crédit des réussites made in cocorico. Enfin, quand je dis « produit fini », c’est précisément là où je m’avance un peu. LSOM a un problème et non des moindres, il n’est pas fini. Cette première demi-heure de film déjà projetée moult fois à l’occasion de différents salons n’est que le quart de sa durée totale et la post-production (car il ne reste plus que ça) de ce joyau patine dans la semoule depuis un moment. Il faut dire que ce n’est pas une question de motivation mais de temps. Car si la production du film de sa scénarisation à son montage en passant par son tournage, a été fait en un temps tout à fait raisonnable, il convient de retenir que cette œuvre est totalement bénévole. Et quand plusieurs dizaines de personnes sont concernées par certaines étapes de création d’un film, les choses avancent généralement plus vite. Le problème de la post-production est qu’elle repose sur une poignée de personnes qualifiées qui, s’ils ont les moyens d’arriver à leurs fins, n’en ont clairement pas le temps (à part à mettre en danger leur situation professionnelle, ce qui serait quand même crétin, et ça tombe bien, ils ne le sont pas).

Les auteurs et les personnes concernées par cette étape en parlent mieux que moi et expliquent pourquoi ils se sont lancés dans une campagne de crowdfunding. LSOM mérite à plus d’un titre d’être terminé dans les meilleurs délais. Ne serait-ce que parce que les fans comme moi leur envoient des menaces de mort régulièrement, mais aussi parce que le milieu geek français a plus que jamais besoin de plus en plus de visibilité sur la toile et ailleurs. A mon sens, LSOM est un pilier. Car l’heroic-fantasy n’est pas un genre très représenté dans la production française de longs métrages. Le dernier en date est La Belle et la Bête de Christophe Gans, et fait figure d’exception. Il n’est par ailleurs pas très original. Or LSOM nous prouve que la créativité pure existe et peut s’exprimer sur tous les formats, donc, y compris pour le cinéma.

Bien sûr, LSOM aura probablement du mal à se faire une place dans nos salles obscures, mais c’est la voie royale. On ne peut espérer autant d’une œuvre de cette envergure. Son ambition a toujours été modeste. Ce qui importe, c’est d’aller au bout du projet, de montrer que l’expression artistique geek française ne se laisse pas arrêter par des préjugés, et encore moins par de simples difficultés pécuniaires. L’équipe de post-production n’en a d’ailleurs aucune de formelle. Comme ils l’expliquent, LSOM verra le jour, mais c’est à nous de choisir si c’est « maintenant » ou dans dix ans… Pourquoi attendre ? LSOM, c’est maintenant ! Participez ! C’est pour une bonne cause !

Les os du même cadavre<< Noob, sous-totalGeekiversaire >>

Tags: , , , , , ,

Cet article a été publié le mercredi 30 avril 2014 à 18:00 et est classé dans Cinéma, Divers, L'Ours. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.

Un commentaire

 1 

Merci monsieur l’ours !
😉

30 avril 2014 à 19:14

Laisser une réponse

Nom (*)
Courriel (ne sera pas publié) (*)
Site
Commentaire

Slider by webdesign