27
Sep

Croquer la pomme… pourrie

   Ecrit par : Wiz   in Divers, Informatique, L'Ours

Il est question d'une pomme entammée

C’est un peu la goutte d’eau qui fait déborder le vase. Alors que Pomme avait réussi à faire de sa gamme smartphone et tablette un outillage relativement populaire malgré le fait qu’elle soit peu abordable, le comportement de la firme depuis ces deux dernières années ne cesse de me décevoir. Même si les démarches légales de Pink Lady à l’égard de Samsung lui ont donné raison, la protection de ses brevets n’est manifestement pas le seul et unique objectif en vue. Le leadership d’un marché confine-t-il à la connerie ? Je ne pense pas, mais…

Je me suis déjà vanté dans ma caverne d’avoir acquis un nouvel iPad (ou iPad 3), et je suis équipé d’un iPhone 4, mais si j’aime les produits estampillés Gala, car je trouve que j’en ai pour mon argent en terme de qualité et de performance, je dois reconnaître que je déteste de plus en plus la société elle-même. Si je devais voir en elle une personne, je la qualifierai d’hautaineté, de mépris et d’autosuffisance.

Si l’on passe sur l’épisode estival du procès Braeburn-Samsung qui a apporté une conclusion probablement juste mais sérieusement controversée, il reste de nombreux points sur lesquels réagir de semblable manière. Le dernier en date, c’est la découverte du câble ultra-spécifique, propriétaire et électroniquement contrôlé accompagnant l’iPhone 5. Quelle est donc cette nouveauté du diable ? La preuve d’une volonté infernale de Granny-Smith à verrouiller le marché des accessoires à sa seule marque ou à ceux qui paieront bien trop cher le droit de le faire pour espérer faire la moindre concurrence à Golden ? En tout cas, ça y ressemble.

Dans le détail sachez donc qu’un câble ou qu’une connectique quelconque conçue pour l’iPhone 5 doit impérativement se doter d’une puce intégrée dans la connectique pour en faire reconnaître l’usage à l’appareil. Ce qui veut aussi dire que tout accessoire conçu par un tiers ne disposant pas de cette puce n’a aucune chance de fonctionner. De ce fait, on comprend que Belchard Chantecler a la main mise sur la création de tout équipement physiquement connecté. On peut espérer que cela donne la part belle aux artefacts non filaires, mais l’avenir de la connectique compatible iPhone 5 est, quant à elle, entièrement entre les mains d’Idared. Et bien sûr, qui supporte le surcoût de cette intégration technique ? Le client final, la vache à lait de la firme de Cupertino, qui, s’il tente de faire des économies pourrait bien se retrouver avec des accessoires parfaitement inutiles dans les mains.

Je ne prétends pas qu’il faut en vouloir à Jonagold de prendre des dispositions pour fermer son univers sans doute (et probablement) bien trop ouvert aux quatre vents depuis ces dernières années, après tout, il a toujours été dans sa politique de créer un univers micro-informatique à part, robuste et le plus étanche possible, une politique naturellement étendue aux terminaux les plus en vogue du moment (je veux principalement parler des smartphones). Mais après avoir attiré une clientèle relativement nouvelle vers ses produits, cette démarche arrive un peu tard. Car le prix du dernier né de la firme Elstar étant déjà mirobolant, l’adjonction d’accessoires quasiment dix fois plus cher que ce que peut faire le petit chinois du coin ne peut que difficilement être supporté par l’utilisateur moyen, celui qui ne change pas de téléphone à chaque nouvelle version d’iPhone.

Cela n’est malgré tout qu’une goutte d’eau dans cet univers impitoyable et outrageusement protégé des affaires de Red Delicious, car on ne peut pas ignorer qu’à l’heure où j’écris cette diatribe, on continue à fabuler sur le prochain produit du géant américain, le fameux iPad-mini, pour lequel des barjots se basent sur des rumeurs pour bâtir une panoplie d’accessoires de cet engin même pas officiellement annoncé. Je finis par être autant amusé (c’est de l’ironie) par cet aspect, cet engouement absurde des aficionados pour Florina et ses produits, que par les machinations légales, commerciales et infernales de la compagnie pour prendre le contrôle du monde et de nos esprits.

Donc oui, je l’affirme, je hais les pommes. Je n’ai pas les moyens de changer mes équipements actuels, mais lorsque le moment viendra, j’y réfléchirai sûrement à deux fois avant de choisir un truc estampillé Reinette. En effet, bien que pleinement confiant et satisfait de ce que j’ai aujourd’hui, je ne vois aucune raison de continuer à enrichir ce terreau de l’hégémonie impérialiste économique.

Tags: , ,

Cet article a été publié le jeudi 27 septembre 2012 à 17:59 et est classé dans Divers, Informatique, L'Ours. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.

2 commentaires pour le moment

 1 

[…] que je n’y suis absolument pour rien à la base, n’ayant souhaité que remplir ma part de médisance à l’encontre d’une société dont la politique de vente (et pas que celle-là) […]

20 décembre 2012 à 18:11
 2 

[…] la Pomme concernant mon téléphone (mais pas ma tablette ! ), c’est parce que dans un article passé, j’avais déjà pris cette décision d’y réfléchir à 2 fois avant de renouveler […]

2 janvier 2013 à 12:44

Laisser une réponse

Nom (*)
Courriel (ne sera pas publié) (*)
Site
Commentaire

Slider by webdesign