24
Avr

47 Rônin

   Ecrit par : Wiz   in Cinéma

Cet os est le numéro 14 sur 22 du cadavre Par la lucarne

47ronin_1Atypique. C’est le terme le plus adapté pour décrire mon expérience de visionnage de « 47 Rônin ». C’est étrange de m’entendre dire que je ne suis pas un fan (voire un anti-fan) de Keanu Reeves, néanmoins, force est de constater que j’aime la plupart des films où il apparaît… Mais pas grâce à lui. Cela étant, même si la platitude de jeu de Keanu sert des personnages au stoïcisme agaçant, ce n’est pas toujours sans rapport avec l’histoire. Dans le contexte du japon féodal, c’est même fort à propos. Mais ne nous égarons pas.

47 Rônin est l’un des plus célèbres récit du folklore japonais et il jouit déjà de nombreuses adaptations au cinéma. C’est n’est pas une légende mais un fait réel qui se serait produit au début du XVIIIème siècle. Cela étant, l’histoire a été largement enjolivée et romancée pour mettre en exergue les qualités humaines qu’elle défend, comme la fidélité, le courage, l’abnégation et l’honneur. On retrouve dans cette dernière adaptation le fond de l’histoire tel qu’il est véhiculé depuis un peu plus de 300 ans, sauf que 47 Rônin nous offre une vision beaucoup plus fantastique et donc totalement surréaliste.

47 Rônin n’est pas une œuvre inoubliable, mais elle a le mérite de sortir complètement des standards hollywoodiens au sens de l’histoire, et rien que ça, ça fait du bien. Ensuite, même si le scénario prend quelques liberté avec le fonctionnement de la société japonaise féodale, il est, je trouve, très immersif et relativement fidèle à ce contexte si exotique pour nous. Ce qu’il y a de notable, c’est qu’il explique excellemment bien pourquoi les japonais font des choses qui peuvent paraître stupides à un occidental en vertu d’un respect absolu pour des lois et des traditions ancestrales. Bref, côté background, c’est très réussi.

Et un putain d'acteur au charisme fou ! Dire qu'il n'est même pas sur l'affiche. Quel affront !

Oïshi, le fidèle samuraï, condamné par son propre sens de l’honneur.

Ensuite, l’apport de la dimension fantastique mettant en scène oni (l’équivalent des démons dans le folklore japonais), tengu, dragon et sorcière est superbement mis en évidence. La magie omniprésente est abordée avec une finesse toute nippone. Même si un japonais pur souche me soutiendrait que c’est très américanisé, de mon œil d’occidental, je ne peux m’empêcher d’y voir une imagerie semblable à celle des estampes japonaises traitant du fantastique. Je trouve cela artistiquement signé. Quant à la photographie, la lumière et les couleurs, tout cela crée une ambiance d’une qualité rare.

Reconnaissons qu'il a du charisme aussi l'enfoiré !

Le méchant daïmyo Kira, comploteur et malveillant personnage de l’histoire.

Keanu Reeves serait une ombre au tableau s’il avait été le seul héros de l’histoire, mais non seulement, il n’en est pas le seul, mais en plus, il n’en est même pas le principal. Oh certes, il joue un rôle à part et d’une importance centrale, mais je trouve que le charisme d’Hiroyuki Sanada qui joue le second rôle principal, celui d’Oïshi, surpasse de beaucoup la présence à l’image de Keanu (en même temps, c’est pas un débutant. Il a une sacré filmographie). D’aucun me diront que c’est facile, mais non, ce n’est pas qu’une simple question de mise en valeur. Il se trouve que les samouraï sont des personnages assez stoïques par nature et dégager du charisme quand on se retient de montrer ses émotions, ce n’est pas du tout évident. Ce mec est juste excellent.

Admirez la qualité des couleurs et du décors. C’est-y pas bô ?

Mais… Mais je n’ai que du bien à en dire ?… Non. La 3D est à chier, même si moins « mauvaise » que d’habitude, elle est totalement inutile. Et il y a un je ne sais quoi dans ce film qui m’a laissé sur ma faim. Je veux dire, j’ai été satisfait par ce que j’ai vu, je n’ai pas vu le temps passé, j’ai apprécié l’image, les effets spéciaux, les scènes d’actions et le décors, mais non, y’a un truc qui me dérange. C’est peut-être ce côté un peu lisse de l’histoire sans réel rebondissement ni surprise ? Ou bien, Keanu n’est définitivement pas à sa place dans cette œuvre ? Où alors, je suis tellement mieux calibré pour les merdasses hollywoodiennes communes que l’originalité me déçoit ? Bah, peu importe. La qualité de 47 Rônin surpasse largement ses défauts à mon sens.

Qu’en avez-vous pensé ?

Les os du même cadavre<< NoéThe Amazing Spider-truc 2 >>

Tags: , , , , , ,

Cet article a été publié le jeudi 24 avril 2014 à 18:00 et est classé dans Cinéma. Vous pouvez suivre les commentaires sur cet article en vous abonnant au flux RSS 2.0 des commentaires. Vous pouvez faire un commentaire, ou un trackback depuis votre propre site.

Laisser une réponse

Nom (*)
Courriel (ne sera pas publié) (*)
Site
Commentaire

Slider by webdesign